Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 15:37

vournaliste : Rocky, à quoi pensiez vous au début du dernier round ?
Rocky : J’en sais rien, que , ou un truc comme ça.

J’aurais du rester à l’école

 

 

 

Paulie : Comment ça va la figure ?
Rocky : J’en sais rien, de quoi elle a l’air ?
Paulie : J’en voudrais pas en tout cas.

 

 

Rocky : Apollo ?
Apollo : Qui est là ?
Rocky : C’est rien, c’est moi Rocky. Dis donc, est ce que je peux te poser une question ?
Apollo : Oui, vas-y.
Rocky : Tu t’es défoncé avec moi ?
Apollo : Oui, oui.
Rocky : Merci.

 

 

Rocky : Dis donc, je me demandais un truc ... Qu’est ce que tu comptes faire pendant les 40, 50 ans qui vont venir ? Qu’est ce que tu comptes faire pendant les 40, 50 ans qui vont venir ?
Adrian : J’comprends pas.
Rocky : C’est une p’tite question comme ça ... Est-ce que ça t’embêterais beaucoup de devenir ma femme ?
Adrian : Qu’est ce que tu dis ?
Rocky : Je dis est ce que ça t’embêterais pas trop de devenir ma femme ?
Adrian : Oui. Je veux bien devenir ta femme.
Rocky : Ah ouai ?
Adrian : Oui.
Rocky : Ouai ?
Adrian : Ouai !
Rocky : Je serais pas enquiquinant hein, j’te le promets. Je ferais attention à tous dans la maison : j’laisserais pas de cheveux dans le lavabo, enfin tu vois ? Et puis on sera heureux tous les deux tu verras. [À un tigre] Hey, on va se marier ! J’te l’annonce, tu veux venir ? Tu peux prendre ton week end, j’vous enverrais un faire part Monsieur le Tigre. C’est fantastique, hein ! Oooyohyoh !!

 

 

 

Adrian : J’en reviens pas qu’on soit mariés.
Rocky : Pourtant si, j’ai la preuve dans ma poche.
Adrian : Tout s’est passé si vite.
Rocky : Ouai, mais j’lai su dès le début pour nous deux.
Adrian : Qu’est ce que ta su ?
Rocky : Bein, la première fois que je t’ai vu, je me suis dis en moi-même, comme ça : tu vois Rocky, cette fille elle souffre d’une timidité maladive. Ça ça l’empêche pas, que derrière ses pulls et son chapeau, dis donc au faite t’en avais combien de pulls, une vingtaine ?
Adrian : Non, euh trois.
Rocky : Que derrière ces trois pulls se cache la plus belle fille de Philadelphie.
Adrian : Oh.
Rocky : Ouai, j’ai dis ça.
Adrian : C’est vrai ?
Rocky : Ba alors

 

 

Adrian : Mais on a pas besoin de voiture.
Rocky : Oh, je t’en pris Adrian, tu sais j’vais faire des spots publicitaires, alors j’ai les moyens de m’offrir ça, aucun problème.
Adrian : Tu sais conduire au moins ?
Rocky : Si j’sais conduire, moi ?
Adrian : Oui, tu sais conduire, toi ?
Rocky : J’suis même un chef, non mais tu rigoles. Viens voir, j’vais te piloter. Allez monte, j’vais t’installer. Tiens on fera comme dans Cendrillon avec la fameuse citrouille ...
Adrian : Tu sais conduire, c’est vrai ?
Rocky : Non mais t’en doutes encore ? J’te pilotes des avions moi, des bulldozers, et je te piloterai dans la vie et on foncera dans le bonheur si tu permets.

 

 

 

Rocky : La maison est jolie. D’une façon générale c’est une belle maison, tu trouves pas ? Hein ? Regardes moi ses briques Adrian.
Adrian : Mon mari s’y connaît très bien en brique.
Rocky : C’est de la neuve comme brique ?
Promoteur : Oui, d’ailleurs tout le quartier, c’est du massif, du solide, ça vous plaira, c’est très joli.
Rocky : Ah oui, j’aime bien ses briques, elles ont été bien posées. Non c’est vrai, ça fait massif.
Adrian : Regarde, c’est joli.
Rocky : Et puis j’aime bien la boite aux lettres aussi, tu vois j’aime bien. Tiens tas vu : le total des chiffres ça fais presque 9, ça j’aime aussi, c’est bon signe, tu vois.

 

 

Rocky : Ouai ?
Adrian : Oui !
Rocky : Youhou ! Adrian, ça y est tu l’est ! Hahahahaha ! Oh ouai. Ah ouai j’savais que t’en étais capable. Quand tu t’es réveillé ce matin tu souriais, je me suis dis, il va se passer quelque chose de spécial aujourd’hui, je savais pas quoi, mais j’sentais qu’il y aurait du neuf. Tu vois, moi j’me disais une chose : si le p’tit tiens de toi pour la beauté, pour le ciboulot, et si il a mon crochet du gauche, ça sera quelqu’un, attention. Ah au faite, si c’est un p’tit garçon, nan enfin, j’veux dire si c’est une fille ...
Adrian : Et bein ...
Rocky : Oh, c’est que j’y avais pas pensé à ça.
Adrian : Alors elle sera tout ce que moi je ne suis pas : d’abord elle sera pas timide ...
Rocky : Pas timide ...
Adrian : On pourra lui faire donner des leçons de chant, et de danse
Rocky : Ouai, ouai puis elle pourra changer de robe tous les jours, hein ça te plairait ? Va falloir que je lui paye un garde du corps quand elle sera en age d’aller à l’école. Et oui à cause des garçons, tu sais quand ils sont mômes les morveux, c’est de vraies p’tites teignes en général à ce qu’on dis.
Adrian : Et si c’est un p’tit garcon, j’voudrais qu’il soit le portrait de son père.Non non non, comme toi.
Rocky : Hahahahaha, j’en connais déjà un qui est bête dans la famille et il t’en faut un autre hein ? En tout cas j’vais te dire un truc, ce gosse il aura pas de tatouages, il ira pas trainailler dans les rues, il sera pas tout dépenaillé comme moi, moi j’te le dis ce sera même quelqu’un de bien, comme toi.
Adrian : Comme toi.
Rocky :
Adrian : Comme toi.
Rocky : Non non, comme toi.
Adrian : Comme toi.
Rocky : Oh Adrian, on y est arrive, tu t’rends compte.

 

 

 

 

 

 

 

Adrian : Tu lis si bien.
Rocky : Merci, toi tu mens si bien.

Toi tu mens si bien

 

 

Recruteur : Mais vous étiez boxeur, et j’ai même lu quelque part, un excellent boxeur !
Rocky : Ouai enfin, vous n’avez jamais reçu en pleine poire 500 gnions d’affilés en une seule soirée. J’vous garantie que ça picote à la longue.

 

Rocky : Dis donc Adrian, tu la connais cette blague ? Pourquoi elles ont des clochettes les vaches ?
Adrian : Pourquoi ?
Rocky : Parce que leurs cornes ne marchent pas. Tu trouves pas ça tordant nan ? Oh ba à la récré, je faisais à tous les coups un malheur. Tout les copains se tire bouchonnait à l’époque.

 

 

Journaliste : Ce matin, de bonne heure, j’ai rendu visite à Apollo Creed dans sa superbe salle et comme d’habitude, le Champion du Monde ne s’est pas montré bien tendre pour Rocky Balboa.Tu peux m’appeler, même en PCV !
Apollo : Ecoutez, je crois que le grand public attends avec une grande impatience le match revanche avec ce brave type qui se fait appelés l’Etalon Italien. Mais j’ai belle et bien l’impression que l’Etalon, tourne les talons. Quel est son vrai nom ? Comment t’appelle tu ?
Journaliste : Ecoutez, ce n’est pas juste Apollo, Rocky Balboa pris officiellement sa retraite.
Apollo : Oui, le ringard se cache, le ringard se débine. Il veut pas m’affronter, il a peur. Vous le savez aussi bien que moi.
Journaliste : Voyez vous l’affaire est bien plus complexe que ça, tout le monde vous observe de près depuis votre victoire aux points, beaucoup de journalistes sportifs moi icompris, estime que c’était un match nul.
Apollo : C’est votre opinion et c’est votre droit de penser ça, mais moi je suis près à proposer une revanche pour prouver que cet incroyable veinard, parce que c’est bien d’un coup de veine qu’il s’agit, n’aura pas la force de tenir plus de 5 minutes sur le ring, devant un super athlète comme moi. Ce type se débine, ce type se cache, ce type n’ose pas m’affronter ! Alors je te le dis ici Rocky Balboa, si c’est bien ton nom. Je veux que toute l’Amérique sache, je veux que le monde entier sache que je suis prêt à te rencontrer ici, quand tu veux, et quand tu veux. Je rencontrerai et j’écraserais ce soit disant boxeur qui se dit l’Etalon Italien, s’il a le cran de me téléphoner, tu peux m’appeler, même en PCV ! Mais appelle moi, Balboa !
Journaliste : Très belle revanche en perspective, le style contre le punch, et je ne crois pas m’avancer en disant que nous avons hâte de les voir sur le ring, mais il reste un petit problème, où est donc Rocky Balboa ?
Mickey : Salope !

 

 

 

 

Mickey : Ah tu veux me réjouir, y’a qu’un truc : lui péter la gueule.Ah tu veux me réjouir, y’a qu’un truc : lui péter la gueule.
Rocky : Absolument.
Adrian : Rocky.
Rocky : Tu m’excuses.
Mickey : Alors ?
Rocky : On le fait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journaliste : Apollo, Apollo, est-ce que le lieu de la rencontre est déjà choisi ?
Apollo : Oui, ce combat aura lieu au Spectrum de Philadelphie, parce que je veux que ça ville natale me voie l’écraser. Je veux que tout Philadelphie, je veux que toute l’Amérique, je veux que le monde entier me voit massacrer cet amateur, au bout de 2 rounds, parce que après ce combat, il n’aura plus qu’à donner son corps à la médecine, ou plutôt ce qu’il en restera, mais comptez sur moi pour qu’il n’en reste pas lourd.
Journaliste : Rocky, Rocky, êtes vous satisfais d’aller faire le combat au Spectrum ?
Rocky : Tout à fait satisfait du Spectrum.
Journaliste : Pourquoi ?
Rocky : Parce que figurez vous que c’est à peine à 10 minutes de chez moi.
L’assemblée de journaliste : Hahahahaha.
Journaliste : Apollo, beaucoup de gens pensent que vous avez perdu le premier match, victime de la « fausse patte ». Apollo, c’est dur à boxer un gaucher ?
Apollo : Fausse patte, rien à foutre ! La dernière fois j’étais un peu trop relax, et ce petit boxeur a un peu de cocu, mais sachez que cette fois ci, vous verrez tous le vrai, le grand Apollo Creed, le monde entier va voir le grand Apollo Creed ! Vive comme l’éclair ! Un courant d’air ! Non, plus de chatouilles, plus de papouilles, du concret !
Journaliste : Ah bravo, ça c’est une déclaration de guerre. Rocky, Rocky, croyez vous avoir une chance contre Apollo ?
Rocky : Difficile à dire, il a l’air très faché.
L’assemblée de journaliste : Hahahahaha.
Journaliste : Un peu de silence.
Rocky : Mickey et moi on est décidé à se défoncer.
Paulie : Si l’autre tiens jusqu’au bout des 15.
Journaliste : Qui c’est ?
Apollo : Qui c’est celui là, Al Capone ?
L’assemblée de journaliste : Hahahahaha.
Paulie : J’me ferais pas chier avec toi.
Apollo : Ecoutez, écoutez il se peut qu’on ne m’aime pas, et j’m’en fiche, mais en Novembre, Apollo Creed vous offrira à tous son dernier récital pour le jour d’action de grâce devant le public de ce boxeur qui est une petite merde. Croyez moi, je me le taperais comme une bonne branlette !
Journaliste : Rocky, vous allez toucher beaucoup d’argent pour ce combat, qu’allez vous faire de cette bourse ?
Un autre journaliste : Oui, qu’est ce que vous en ferez ?
Rocky : Ba la première chose que je vais faire sera de payer mes dettes ...
L’assemblée de journaliste : Hahahahaha.
Rocky : Et ensuite vous savez, j’ai fais une liste de ce que je veux avoir, y’a un tas de trucs que j’ai envi d’acheter : 2 ou 3 chapeaux élégants, une moto, une 500 et des grosses bouteilles de parfums pour Adrian, elle adore s’asperger avec et des jouets Muppets, vous savez comme Ernie et Pipo l’oiseau et la grenouille, comment elle s’appelle ... Kermit ?Au mois de Novembre, je t’abats !
Mickey : J’en sais rien.
Rocky : Non je me disais peut être une statue pour l’église et ... ah une glacière à esquimaux pour toi Paulie, t’aimes bien les esquimaux nan ?
Paulie : Ouai.
Journaliste : Vous n’avez aucun propos calomnieux à l’encontre d’Apollo Creed ?
Rocky : Calomnieux à l’encontre ... Ah si : il est fantastique.
Journaliste : Et si vous faisiez un peu le clown, Apollo.
Apollo : Si vous vous croyez au cirque, moi pas ! Au mois de Novembre, je t’abats !
Rocky : Il est vraiment très fâché.
Mickey : Oh, t’en fais pas.

 

 

 

 

 

 

 

Mickey : J’voudrais que t’essaie d’attraper cette volaille qui cavale.
Rocky : Pourquoi faut que je cavale après cette poule, non j’vais avoir l’air fin dis.
Mickey : Primo, parce que tu m’obéis, et secundo, parce que c’est avec ce genre d’exercice que de mon temps on entraînait les jeunes boxeurs.T’as les guibolles en pâté de foie ?
Rocky : Ah ouai.
Mickey : Si t’attrapes ce bestiau, j’te garantie que t’attrapes l’éclair. Prêt ?
Rocky : Ouai, mais j’préfèrerai l’avoir dans mon assiette, c’est débile ton truc ...
Mickey : Parfait ! Et ba tu sais, j’en connais un autre qu’est débile ! Bon allez, fonce dessus !
Rocky : J’suis boxeur moi, pas fermier, enfin ...
Mickey : Attrape moi ça ! Allez fonce dessus ! Fonce ! Fonce ! Allez, qu’est ce que t’as dans les jambes là ?! Rapporte là moi ! Allez, ramasse la ! Ramasse la ! Ramasse la ! Et mais qu’est ce que t’as bon sang, toi qu’est si rapide ? T’as les guibolles en pâté de foie ? Allez vite ! Vite ! T’arrives même pas à attraper un poulet, hein ?! Hey, vas-y cavale ! Magne toi l’cul ! Ba fillette va. Et ba dis donc t’as pas la pêche toi.
Rocky : J’me sens le dindon de la farce.

 

 

 

 

 

 

Paulie : Salut Rocky, qu’est ce qui va pas avec ma sœur ?
Rocky : Oh, Paulie j’voudrais que t’aille lui parler. Adrian est contre tous ça : elle est tout le temps en larmes et elle veux plus que j’aille ...
Mickey : Non mais qu’est ce que c’est que ce déballage de pavés ? Mais on en a rien à foutre ! Allez ! Tape là-dessus à en gueuler ! Frappe 500 fois d’affilés sans faire une seule pause, compris ? 500 fois sans une pause !
Rocky : Hey Mick, j’pourrais pas me servir de l’autre bras ?
Mickey : Ah si tu fais ça moi j’te le coupe hein, j’espère que c’est clair dans ta tête.

 

 

 

 

Mickey : On va lui faire ravaler ses insolences. L’autre fois on aurait due gagner. Mais ce coup ci, tu vas lui flanquer la trouille. Tu seras un boxeur bien graisseux, bien vif, le ritale monstrueux ! T’avaleras des éclairs et tu chieras le tonnerre bon Dieu !

 

 

Rocky : Adrian, j’viens décrire un truc pour toi en faite, tu verras, peut être ça te plaira, je sais pas, j’vais te le lire tout haut. Je me souviens quand nous faisions du patin à glace, je te regardai et je te trouvais vraiment de la classe. Moi je moquais, le cœur en fête, et toi rappelle toi tu faisais la bête pour que je reste à t’es côtés. C’était notre première sortie, après tout me paru plus joli. Alors je veux que tu saches, partout ou tu iras, dans une ville ensoleillé ou dans un pays froid. Faudra pas t’inquiéter, car cette anneau prouve que je suis marié et que je resterai fidèle à t’es côtés.

 

 

 

Rocky : Ecoutes j’ai pensé à un truc, si tu veux pas que je bagarre avec Creed, tant pis. On se débrouillera autrement, on trouvera bien quelque chose.
Adrian : Il y a qu’une chose que je veux que tu fasses pour moi.
Rocky : Quoi ?
Adrian : Approche.
Rocky : Quoi ?
Adrian : Gagne ! Gagne !
Mickey : Bon dieu, on a le feu vert ! Saute dessus !

 

 

 

Commentateur : Rocky Balboa vient d’étonner le monde : voici le nouveau Champion du Monde toute catégories !
Présentateur : Mesdames, Messieurs, Rocky Balboa vient de remporter par K.O, le titre mondial du Championnat du Monde de boxe toute catégorie ...
Rocky : Fantastique ...Oh Adrian ! J’ai gagné !
Apollo : Bonne chance.
Présentateur : Rocky Balboa !
Rocky : Je n’arrive pas à y croire, c’est trop. Je veux simplement dire un grand merci à Apollo, qui s’est battu avec moi. Merci aussi à Mickey qui m’a entraîné.
Fan : Rocky on t’aime !
Rocky : Moi aussi je vous aime. Et c’est surtout à Dieu que je veux rendre grâce. Avoir un fils m’a donné bien du bonheur. J’ai gagné le titre : c’est le plus beau soir de ma vie. Et encore une chose que je voudrais dire : à ma femme à la maison ...
Adrien : Je t’aime. Je t’aime.

Partager cet article

Repost 0
Published by sylvester-stallone.over-blog.org - dans sitation celebres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de sylvester-stallone.over-blog.org
  • Le blog de sylvester-stallone.over-blog.org
  • : blog sur la star du film d'action est le mythe du cinema americain sylvester stallone,vous y trouverez infos,news,photos, tout ce que vous rechercher sur sly vous le trouverez ici
  • Contact

Recherche